Cabinet Ag+ CONSEIL

FCP - Gestion de proximité

Ag+ CONSEIL s’est rapproché de STAMINA ASSET MANAGEMENT et vous propose DNP CONVICTIONS , un OPCVM diversifié à la gestion flexible, réactive, avec un pilotage constant du risque.


DNP CONVICTIONS


 

En conseillant les clients sur l’ensemble de leurs intérêts privés et afin d’obtenir une gestion plus proche de leurs objectifs, Ag+ CONSEIL s’est rapproché de STAMINA ASSET MANAGEMENT pour la création et mise en place de :
 

DNP CONVICTIONS

OPCVM diversifié ( FR 0011558741 ) à la gestion flexible, réactive, avec un pilotage constant du risque.


Ce fonds est disponible sur tout compte titres ainsi que sur l'ensemble des compagnies d'assurance-vie représentée au sein du cabinet (SURAVENIR, ORADEA, AGEAS, APICIL, CARDIF, SPIRICA)


 

Commentaire de gestion Mars 2018

Dans la continuité du mois de février, le mois de mars a été synonyme de volatilité sur les marchés d’actifs risqués. Plusieurs raisons à cela.

Tout d’abord les grandes banques centrales, BCE puis Fed, se sont réunies en cours de mois. La BCE a réussi à ménager la chèvre et le chou en adoptant tout d'abord un ton moins accommodant dans son communiqué, puis en modérant son discours au cours de la conférence de presse. Sans surprise, la Fed a augmenté ses taux directeurs de 0.25% sans modifier nettement ses perspectives de remontée de taux. A noter qu’aussi bien la Fed que la BCE ont ajusté leur perspectives de croissance à la hausse pour les années à venir sans pour autant anticiper une inflation plus vigoureuse.

Du côté politique, en Italie et en Allemagne, des coalitions ont finalement émergé après de longues tractations car les législatives n’avaient pas réussi à faire émerger de majorité claire. En revanche, aux Etats-Unis, l’hypothèse d’une guerre commerciale ouverte inquiète les marchés, même si la posture de Trump semble relever avant tout d’une ambition électoraliste dans la perspective des élections de mi-mandat de novembre prochain.

Au niveau macroéconomique, le tableau est toujours florissant aux Etats-Unis (croissance robuste,inflation contenue et plein-emploi). Il est en revanche légèrement moins positif en Europe en raison de quelques déceptions, notamment sur les enquêtes d’activité (PMI manufacturier et services, IFO).

Le risque provient surtout de la fin progressive des opérations de soutien par les banques centrales, que les investisseurs considéraient comme une protection automatique en cas de mauvaises nouvelles.Mais même si le cycle économique est bien avancé, il ne semble pas encore à l’aune d'une récession dans les grandes puissances économiques.

Nous restons donc investis significativement dans le portefeuille.



bouton pour être rappeler

ALAIN GATIMEL

Connexion à votre compte

Identifiant :       

 

Mot de passe :